Deux grandes catégories de toxines que l’organisme doit gérer

LES CRISTAUX

Ces déchets durs et blessants, sont hydrosolubles et évacués par les reins et les glandes sudoripares qui, avec l’urine et la sueur offrent un abondant support à leur dissolution.

Les cristaux sont des résidus (urée, acide urique, acide oxalique…) provenant de la digestion et de l’utilisation d’aliments riches en protéines (tels que la viande, le poisson, les œufs, les produits laitiers, les légumineuses et les céréales), d’un excès d’aliments acides ou de mauvais glucides (sucres raffiné, etc.).

Lorsqu’il s’accumulent dans l’organisme, ils causent des maladies généralement douloureuses et qui ne coulent pas (contrairement aux colles) comme par exemple, les rhumatismes aigus et choniques, les sciatiques, les calculs, les névrites, les eczémas secs, et d’autres. Le thérapeute s’efforcera de :

  • Corriger l’alimentation : diminuer la ration protéique, ainsi que les sucreries.
  • Stimuler les émonctoires : les reins et les glandes sudoripares
  • Conseiller d’augmenter généreusement les boissons.

LES COLLES

Ces déchets, de manière visqueuses ou glaireuses sont liposolubles et devront donc être éliminés par le foie, les intestins et les glandes sébacées, via la bile, les selles et le sébum. Si ces émonctoires ne s’exécutent pas suffisamment, ce sont les voies respiratoires et l’utérus (par les leucorrhées) qui prendront le relais.

Les colles proviennent d’une alimentation trop riche en glucides lents (céréales, pains, pâtes) et en lipides (graisses).

En général, les maladies provoquées par les colles ne sont pas douloureuses comme celles des cristaux; en revanche, elles coulent. Ce sont des catarrhes des voies respiratoires (asthme, bronchite, sinusite) de la peau (eczéma humide, acné), de l’utérus (leucorrhée) et des voies digestives (diarrhées dysentériforme).

Il conviendra de :

  • Corriger l’alimentation : arrêt des sucres raffinés, diminution des sucres lents et des graisses.
  • Stimuler les émonctoires : intestins, foies et glandes sébacées.
  • En ce qui concerne les boissons : il faut assécher l’organisme. Les colles étant non solubles, ont tendance à s’accumuler dans la lymphe et, en buvant peu pendant quelques jours, on va obliger l’organisme à puiser du liquide dans la lymphe pour maintenir le volume sanguin normal. De ce fait, les colles transportées par la lymphe pénètrent plus abondamment dans le courant sanguin.

De la médecine naturelle à la médecine de l’individu, d’après l’enseignement du Docteur Gérard Guéniot avec le concours du Docteur Pierre Tondelier (Editions Amyris)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *